Essayer des robes de la Réforme


Reformation est une marque que je n’avais jamais vue que sur Instagram – presque personne que je connaissais hors ligne en avait entendu parler et je n’avais pas acheté de magazine de mode depuis si longtemps (trop occupé à lire Maison & Jardin, apparemment !) que je me sentais complètement à l’écart de ce qui était à la mode et de ce qui ne l’était pas.

Mais robe après jolie robe n’arrêtait pas d’apparaître sur mon flux Instagram et le plus souvent celles qui ont attiré mon attention étaient de Reformation, alors j’ai décidé de franchir le pas (littéralement, comme vous le verrez) et de commander une sélection de morceaux et des pièces à essayer. Principalement pour découvrir de quoi il s’agissait, mais aussi pour me sortir de ce que j’avais commencé à appeler mon zone de confort des vêtements de jardinage.

J’avais déjà noté lors de mes recherches en ligne que la plupart des robes étaient coupées d’une manière que je ne pouvais décrire que comme… provocante. Au moins, difficile si vous avez passé plus d’un an à porter le même short vert et le même t-shirt ample. Être soudainement plongé dans le monde du décolleté spectaculaire, du décolleté exposé et des fentes sur les jambes hautes n’est pas une question de rire !

Voici donc mon essai de la sélection aléatoire de robes de la Réforme. En termes de coût, elles se situaient toutes entre 250 et 300 £, ce qui les rapporte à peu près au même prix qu’une robe de Me + Em. Je dois dire qu’en termes de finition et de coupe, il n’y a pas de concurrence entre les deux : les pièces Me+Em ont l’impression d’avoir été taillées sur mesure et sont parfaitement finies jusqu’au dernier point. Les robes de la Réforme sont, comment dire ? Fini plus décontracté. Vous payez pour l’étiquette et le style et la coupe moulants emblématiques plutôt que pour des drapés et des pinces habilement exécutés.

Regardez mes essais de vêtements Me+Em…

Cette comparaison m’est venue à l’esprit la semaine dernière lorsque j’essayais des robes de différentes marques pour un shooting et que j’enfilais un bel échantillon d’automne de Me+Em ; c’était juste incroyablement cher et sur mesure – entièrement doublé, les poches coupées avec précision pour qu’elles n’interfèrent pas avec la ligne de la couture. Très intelligent.

Donc je dirais que la qualité Reformation est bonne, mais pour les prix des robes je préférerais un peu plus d’attention à la finition – la collection d’automne sur leur site Web, j’ai noté, est beaucoup plus chère que celle d’été . Peut-être que ces robes sont doublées et plus lourdes dans le département des tissus, mais alors vous êtes vraiment payer pour ça ! Certaines robes sont à 500 £ ! La maxi-robe bustier fleurie en coton de mon essayage était de loin la plus belle ; beaucoup de tissu volumineux à la jupe, de belles poches et un corsage bien structuré qui avait été pensé avec soin.

Côté coupe, tous les articles étaient comme prévu : il y avait beaucoup de seins. Je me sentais comme une laitière médiévale, ou une figurante de Game of Thrones. Ce qui était assez émouvant alors que j’étais encore dans la sécurité et le confort relatifs de ma propre chambre, mais je me sentais un peu… exposé quand j’ai dû courir chez Sainsbury’s pour acheter du lait. Je ne suis pas sûr que ce soit vraiment mon ambiance maintenant que j’ai la quarantaine : pour sortir, oui, mais pour les déjeuners et les virées en ville et les dîners décontractés ? Je ne suis pas si sûr. Et parce que je sors rarement, cela me laisse un dilemme : si j’achète quelque chose chez Reformation, quand vais-je le porter ?

En toute justice (alerte spoiler !), j’ai gardé deux des articles que j’avais achetés. Je vais les marquer dans la liste ci-dessous. Mais sachez que seule la robe longue a été usée : le haut booby a été relégué dans la section des mauvais comportements de la garde-robe parce qu’il est assez large. J’aurais dû garder le petit et ne pas passer au moyen, mais le petit était alors très étiré sur mes tripes de barmaid tudor et je craignais pour les boutons.

Ce qui m’amène à la taille : je suis un UK10-12, mais je penche vers un 10 ces jours-ci dans la plupart des marques. La « petite » taille s’intègre bien dans presque tout ce que j’ai essayé, à part le haut qui, vous le verrez, était plutôt proche en termes de décence.

Je n’ai encore rien lavé, donc je ne peux pas faire de commentaire sur la longévité ou la facilité de lavage, mais avec des choses chères, j’ai de toute façon tendance à tacher ou à laver à la main. (Par lavage à la main, je veux dire que je tamponne les choses à moitié avec une flanelle, puis continue de crier « la tache ne va pas, je vais la mettre dans la machine à laver et prendre le risque! » jusqu’à ce que j’abandonne enfin et vivre avec la tache.)

Et voilà : mes réflexions sur les robes de Reformation et un essai réel. J’espère que cela vous plaira – il date de quelques semaines, j’en ai peur, car je cours toujours pendant les vacances scolaires, ce qui signifie pas de temps du tout, donc il y a quelque chose comme un arriéré de blog.

Faites-moi savoir ce que vous aimeriez voir d’autres essais dans les commentaires. J’en ai d’amusants à venir très bientôt…

Haut Roland* : https://bit.ly/3yuweZo

Nell Top (j’ai gardé ça) – plein de versions mais c’est « Lima »* : https://bit.ly/3iJanrD

Robe Nikita – ils le font en 15 versions, celle-ci est « Ronan »* : https://bit.ly/3sdZKQB

Robe Kourtney en « Tropical » (pas sur place actuellement mais plein de motifs/couleurs)* : https://bit.ly/3xHrEFR

Robe Mica* : https://bit.ly/3sezYMe

Robe Lissa (j’ai gardé ça, c’est magnifique)* : https://bit.ly/37EfkLV

POLITIQUE DE DIVULGATION. Articles publiés après le 24 janvier 2019 : si l’article contient des articles offerts ou des liens d’affiliation, cela est clairement indiqué sous le titre. Les messages publiés avant cela auront une divulgation dans le corps du message, puis un astérisque * marquant tous les liens d’affiliation. Si le contenu est une annonce payante, il est marqué comme une annonce dans le titre. Pour plus d’informations sur la divulgation, veuillez lire ici.